Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

Francis TUZET - L'Or et l'Ombre
Expositions > Arts plastiques
du 19 septembre au 10 novembre 2007

© Francis Tuzet photos TP
 

Francis Tuzet

Né en 1950 à Marvejols, France

Vit et travaille à Lyon.

Après un baccalauréat scientifique et un cours passage à l'université de philosophie, il s'inscrit en 1971 à l'École des Beaux Arts de Lyon.

En 1976 il obtient le Diplôme National des Beaux Arts et fonde, avec quelques amis, la galerie associative Lieux de Relations qu'il quitte un an plus tard.

Pendant 20 ans, il se consacre à son activité de peintre et sculpteur, ponctuée de rares expositions collectives ou individuelles.

Nourrie par de nombreuses lectures (Rimbaud, Hesse, Melville, Pessoa, Lao Tseu, Milarepa, etc.) sa création s'oriente peu à peu vers une forme plus proche de l'installation conceptuelle où sont posées des questions traitant de « l'illusion de la perception » de la « vanité des apparences », de « l'appartenance au monde ».

En 2000 il crée le Musée invisible puis l'Ambassade du Schlouganda dont les activités associent artistes et amateurs occasionnels.

«Collection Invisible»

Il nous est difficile de voir. Pourtant, jour après jour, nous est venue la certitude que les choses existent, que ce monde qui s'offre à nous est chargé de réalité. Mais lorsque nous fermons les yeux un infime doute nous envahit que peut-être alors il n'est plus, que de cette chambre où nous avons usé de tous nos sens, la porte maintenant fermée a effacé jusqu'à la plus insignifiante parcelle de vie.

Ou bien, inversement, de ce visage examiné plus que tout autre dans le miroir, et que nous pensions si bien connaître, le regard d'un autre soudain nous renvoie la plus imprévisible image.

Dans sa nouvelle La collection invisible, Stefan Zweig conte l'histoire d'un collectionneur d'estampes qui, devenu aveugle, continue de croire à l'existence de sa collection disparue et se livre, devant le visiteur médusé, à une description détaillée d'une oeuvre totalement vide. Et Fernando Pessoa, par la voix de Bernardo Soares, énonce cette « intranquille » certitude : « je ne suis personne », « les autres n'existent pas ».

Devrons-nous, pour imiter le philosophe, nous crever les yeux afin de libérer notre esprit et connaître enfin la vérité ? Car devant ces choses qui nous entourent, nous ressentons parfois ce sentiment d'étrangeté qui nous ramène à nous-même, et nous nous rendons compte alors que de ce « hors de nous » il n'est rien sinon ce flot de sensations qui nous traverse et vient nourrir notre déformante mémoire. Monde d'illusions où l'imagination a tissé d'inextricables réseaux de signes, rangé d'incalculables amoncellements d'images, construit d'interminables architectures, telle une impénétrable Babylone. De cette absurde bibliothèque, de ce titanesque musée qu'une vie entière ne suffirait pas à traverser, nulle fenêtre ouvrant sur le paysage, nulle porte annonçant quelque issue. Car le visiteur n'y est à l'écoute que de lui-même, car le lecteur n'y songe plus qu'à ce livre introuvable où se cache la clé de tous les autres livres que jamais il ne lira...

Sur le chemin qui le conduit de la forêt de l'ascèse à la ville des plaisirs, Siddhârta marche et, brusquement, Siddhârta se réveille : il sort de lui-même, il voit le monde. Dans ses plus petites créatures, ce monde est merveilleux ; dans ses instants les plus infimes, ce monde conduit à la plénitude. Siddhârta n'est plus aveugle, ses yeux se sont ouverts. Ce monde n'est plus invisible, il resplendit de lumière, riche de couleurs infinies et de formes innombrables, changeant à chaque instant pour offrir à l'éveillé de nouvelles sources de bonheur. Le fleuve au bord duquel, plus tard, Siddhârta se fera passeur, devient une métaphore du temps : passé, présent et avenir réunis dans la même entité physique de l'eau qui s'écoule sans fin.

Lorsque Nicéphore Niepce inventa la photographie, il ne savait pas que, quelques années plus tard, un étrange enfant aux « semelles de vent » se ferait tirer le portrait à Charleville d'abord, puis à Paris et, plus tard en Abyssinie, et que, à chaque fois, sur l'image, l'étrange enfant n'aurait pas l'air content. Peut-être celui-ci doutait-il, en ces instants, des capacités de cette machine à rendre visible sa figure de poète, à rendre visible la poésie, « personnellement. »

Francis Tuzet, décembre 2003

« Avec une précaution infinie, comme s'il touchait un objet fragile, il tira du carton un passe-partout qui encadrait une feuille de papier jaunie, sans rien ; et prudemment, du bout des doigts, il arrêta devant ses yeux éteints le papier sans valeur. Il le contempla plusieurs minutes avec enthousiasme ; bien qu'il ne vît rien en tenant à bout de bras devant ses yeux la feuille vide, tout son visage exprimait l'extase magique de l'admiration. »

Stefan ZVEIG, La collection invisible

« Je suis parvenu subitement, aujourd'hui, à une impression absurde et juste. Je me suis rendu compte, en un éclair, que je ne suis personne, absolument personne. Quand cet éclair a brillé, là où je croyais que se trouvait une ville s'étendait une plaine déserte ; et la lumière sinistre qui m'a montré à moi-même ne m'a révélé nul ciel s'étendant au-dessus. »

Femando PESSOA, Le livre de l'intranquillité de Bernardo Soares

« Moi, au contraire, qui voulait lire dans le livre du monde et dans le livre de mon propre être, j'ai, par amour pour un sens que je leur donnais d'avance, méprisé les signes et les lettres ; ce que je voyais des phénomènes de l'univers, je l'appelais illusion, et ma vue et mes autres sens, des phénomènes accidentels et insignifiants. Non, cela n'est plus, je suis réveillé, je le suis entièrement et aujourd'hui date ma naissance. »

Herman HESSE, Siddhartha

FRANCIS TUZET
Tu travailles actuellement sur des oeuvres que tu nommes « ectoplasmes ».

Dans les sciences occultes, les ectoplasmes sont des formes visibles et possédant certaines propriétés physiques, émises parfois par le médium en état de transes. Tu donnes cependant à ce mot un sens plus large : fantôme, apparition, illusion.

Pour ces pièces en paraffine, tu fabriques des moules en aluminium, en bois ou en papier huilé dans lesquels tu coules la paraffine fondue. Il s'agit de plusieurs opérations successives avec des moules de formes variées et de dimensions progressives et utilisant des couleurs différentes à chaque étape : sombres d'abord, claires ensuite puis finalement noire. À chaque étape, la forme conçue précédemment est placée dans le nouveau moule et la couleur que tu verses à ce moment-là englobe la précédente dans un phénomène de fusion plus ou moins prononcé suivant la température. Après refroidissement, tu arases la surface avec une lame métallique, opération longue et demandant une intense concentration, tant spirituelle que gestuelle. Bien que les formes aient été conçues très précisément, tu ne sais pas exactement ce que tu vas découvrir tant les phénomènes de fusion et de dispersion des pigments sont aléatoires. En agissant de façon régulière et attentive, tu vois petit à petit apparaître les formes engluées dans la masse et tu peux choisir de t'arrêter au moment où celles-ci te paraissent satisfaisantes.

Tu aimes à retrouver l'aspect lisse et brillant que présentait la paraffine dans son état liquide. La limite n'est pas nette entre les différentes couleurs.

Cette impression de flou suggère cet effet d'apparition-disparition, rappelant l'imprécision des manifestations lors des cérémonies de spiritisme ou de certaines expériences d'hallucination collective. Par cet aspect vibratile, tu arrives à donner à la matière une dimension spirituelle. Par opposition à tes précédentes oeuvres qui s'attachaient à montrer l'invisibilité, voire l'inexistence des choses, il s'agit ici de rendre perceptible ce qui n'est pas du domaine de la réalité mais plutôt de la projection mentale. On peut faire dire ce que l'on veut à ce genre de traces.

Ces pièces possèdent une puissance d'évocation. Tu n'as ni consulté des ouvrages sur les ectoplasmes, ni assisté à des séances de spiritisme, mais tu as simplement vu quelques photographies de ces manifestations physiques.

Dans un domaine assez proche, l'image du Saint suaire conservé à Turin demeure emblématique. Cet effet d'apparition-disparition donne l'impression d'un flash radiographique, d'un coeur qui bat. Les formes internes doubles de certaines pièces évoquent d'ailleurs le rythme de la respiration (...)

(...) On retrouve dans ces travaux toute l'ambiguïté du symbole : c'est une représentation, une évocation en même temps que la manifestation d'une puissance absente. Dans le spiritisme, la chose est là, bien présente. Ce qui te fascine est que le chaman arrive à matérialiser un esprit et à le rendre présent. De même, le rabotage de la paraffine part d'une absence pour rendre, petit à petit, présente une forme...

Tu travailles sur l'illusion, non pas d'un effet d'optique, mais plutôt d'un point de vue, car suivant le point de vue que l'on adopte, on verra ou on ne verra pas.

Si l'on croit aux ectoplasmes, on en verra.

Nous n'avons finalement du monde qu'une vision de ce qui se passe en nous-mêmes et dont nous nous servons pour reconstruire ce que nous ne connaissons pas et qui nous échappe...

Reconstituer, c'est imaginer.

L'illusion touche non seulement l'imaginaire mais aussi le réel lui-même.

Eric Manguelin, agrégé, docteur en philosophie, Rencontre avec Francis Tuzet, mai 2003

 

Adresse :

Espace Trait personnel / Et Alors...
20, rue René Leynaud
69001 Lyon 01
Téléphone: 06 12 90 92 08
Courriel: contact@et-alors.org

 

Internet :

http://www.et-alors.org

 
 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire