Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

MARTIN CAMINITI
“ Sculpture récentes avec éléments de vélos et cannes à pêche”

Expositions > Arts Plastiques
du 14 septembre au 4 novembre 2006

 

Des objets assemblés comme des mariages impossibles, ou plutôt des parties d'objets désarticulés, désossés et ré assemblés pour former des sortes de machines inutiles et mystérieuses : une roue et une canne à pêche, un accoudoir et des milliers d'allumettes, des scions et un escabeau... etc. Que veulent dire ces rencontres d'objets qui n'ont, à priori rien à voir entre eux ? Pourquoi ces assemblages - là et pas d'autres ?
D'abord, je me vois comme un "dessinateur dans l' espace » plus qu’un sculpteur. Ces cannes à pêche, fragiles et souples, je les utilise plus pour les lignes qu'elles m'apportent, avec leur pleins et leurs déliés, que pour l'objet lui même avec tout ce qu'il évoque. Il en est de même pour les autres éléments : nasses de pêcheur, pédalier, manivelle de moulin à café sont avant tout utilisés pour leur qualité graphique. Ces objets en trois dimensions sont l'équivalent des traces que je pourrais laisser avec un pinceau chargé d'encre sur une feuille de papier. En effet, des lignes se dessinent, se chevauchent. En fermant des espaces, les cannes créent aussi d'autres formes, d'autres graphismes. Les fils métalliques tendus créent d'autres lignes plus fines, parfois à peine visibles qui peuvent évoquer les traits de construction d'un dessin, d'une ébauche. Pour compléter la métaphore, beaucoup de mes sculptures comportent peu d'épaisseur et sont plaquées au mur comme sur une feuille géante. D'autres sont au sol, il est donc possible de se déplacer, de tourner autour. C'est alors un peu comme si l'on s'offrait la possibilité de pénétrer dans la feuille de papier pour découvrir l'espace vierge et inconnu qui se trouve derrière le trait, la ligne, la trace graphique.
Ces assemblages, ces "collages" d'objets finissent, même si ce n'était pas le but initial, par évoquer des ossatures, des squelettes, des formes animalières, des insectes, et deviennent des silhouettes allusives. D'ailleurs, les pièces murales, avec leur apparence légère et fragile, m'ont déjà fait penser, quand elles sont stockées à l'atelier sur un seul même mur, à une collection de papillons épinglés !
Les pièces au sol ont comme socle, en général, un objet entier ou détourné, mais assez massif. Cependant, je pense qu'elles conservent un aspect aérien et mobile par la simple utilisation de la roue ou des objets de transport en général. En effet, éléments de bicyclettes, landaus, poussettes, roues de charrue ou de faneuses, caddies... etc, évoquent le déplacement et le mouvement. Il s'agit presque toujours d'une impression, d'une mobilité imaginée, car ces éléments sont fixés au sol. C'est plutôt comme un mouvement arrêté, une image photographique.
Ces différents objets forment ainsi une sorte de vocabulaire dans lequel je puise à volonté. Je les articule, les assemble, les oppose, et c'est ensemble qu'ils prennent du sens. Qu'on les reconnaisse ne me pose pas de problème, car ils ne sont pas niés dans leur fonction originelle. Simplement, tout en évoquant leur quotidien, ils s'en échappent au travers de ces associations. La poussette d'enfant aux barres inversées prolongées par des scions n'en est plus tout à fait une : on l'identifie, mais j'essaye par cet assemblage de la plonger dans un bain de poésie et d'humour. C'est encore une poussette d'enfant, mais elle a perdu sa logique utilitaire.

Un certain nombre de personnes m'ont collé l'étiquette d'artiste "post-Duchampien" et petit-fils du ready-made. Il y a des vérités que l'on ne se lasse pas de répéter. Tout cela a commencé avec la roue de bicyclette bien sûre. Je l'ai bien cherché, j'en conviens. Mais ma sculpture n’a rien à voir avec le ready-made ou l’objet détourné pour suggérer une Idée conceptuelle, un clin d’œil surréaliste ou Dadaïste. Je ne fais pas des « objets », je fais de la Sculpture ! Et je me sens dans cette direction bien plus prochedes Bill Woodrow, Tony Cragg, ….que de Marcel à qui j’envoie mes pensées les plus sincères et tire ma …référence !

Martin Caminiti, 2006

 

Adresse :

Galerie Pascal Polar
108 ch de charleroi
1060 Bruxelles
tél: 32/2/5378136
fax: 32/2/5378161
gsm: 32/477/252692
ppolar@skynet.be

 
Site Internet :

http://www.pascalpolar.be

 
 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire
 
Partenaires : bistrakoo.com, consoland.com, articite.fr, africanloxo.com, artuose.com, articite.net, artketing.net