Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

Teun Hocks
Expositions > Arts plastiques
du 22 novembre au 5 janvier 2008

 

La galerie Patricia Dorfmann a le plaisir de présenter les dernières réalisations photographiques de l’artiste néerlandais Teun Hocks.
« (…) Inventive, cohérente et rigoureuse, émaillée de trouvailles sidérantes, truffée d'épopées navrantes et d'impasses délirantes, l'oeuvre parfaitement accomplie de Teun Hocks a pour enjeu déraisonné la dérision de la condition humaine mises en pièces par un virtuose du contre-sens, un métaphysicien de l'imaginaire doté d'un don de double vue, qui semble pleurer d'un oeil mais rit à gorge déployée de l'autre. »
Sous son air imperturbable et placide de Buster Keaton hagard auquel il rend d'inattendus et savoureux hommages, Teun Hocks est un cambrioleur du rêve placé dans des situations improbables, vivant des rêves éveillés en pyjama rayé de bagnard, cherchant à s'évader du décor de carton pâte qu'il a lui-même conçu pour être prisonnier de l'image. Il entre autant de folie douce, d'ironie ludique et maniaque que de poésie nonsensique et de lucidité cruellement désespérante dans ces tableaux irréels et absurdes qu'il élabore sous forme de saynètes hilarantes et met en scène en studio avec une précision sans faille. Et dont il est depuis plus de vingt ans l'unique antihéros errant, ridicule et valeureux, immature et frustré, toujours actif et très consciencieux, dépressif et auto-materné, stoïque et touchant, jamais déboussolé par les coups durs et l'avalanche de gags absurdes inspirés du cinéma muet qui le muent sans pitié ni méchanceté en Sisyphe dépité, accomplissant d'inutiles ou piteux exploits, à la fois somnambule et funambule-acrobate, clown beckettien paré d'accessoires aussi futiles qu'enfantins, quêtant à croupetons les preuves de son existence (ombre, empreinte, trace) ou bien de sa disparition, tenaillé par l'irrépressible envie de la fuite (train, bateau, vélo, cheval), traçant à reculons ses pas d'échassier, gravissant des cimes d'où l'on ne descend pas, mais retombant finalement, toujours sur ses pattes. Est-ce parce qu'il est hollandais que Teun Hocks s'évertue à camper des ciels bas, des aires planes ou étendues désespérément rases, des chemins sans retour où il s'aventure et vaque, patinant sur place, défiant la lune ou cherchant de nuit la lumière avec son briquet, en quête d'un abri de fortune (maison, tente, hutte, cabane, nid, niche), frêle esquif ou havre inconfortable, refuge fragile pour ce perpétuel égaré, naufragé de la réalité, sans compagnon ni femme, résolument absente, sinon bannie, que compense mal le réconfort passif des objets familiers? La solitude, la vanité de tout, la peur panique du néant, ainsi que le sens inné de la faute, sanctionnée par la punition de l'exil, l'expiation du temps qui file et que scande la lutte dérisoire contre la puissance des éléments (pluie, vent, orage, froid) hantent cet univers d'illusion au sein duquel Teun Hocks, éternel vagabond, seul survivant du monde, sorte d'Adam d'après la chute ou de Robinson hardi sans Vendredi, s'ébroue, creuse, bâtit, tricote, scie, crée, regarde, fume, lit, écrit, mange, s'évade, s'enterre ou s'effondre. Et subit mille avatars dûment prévus, imaginés et répétés en fonction de la prise de vue photographique, croqués avant sur le papier en des esquisses délicates, colorées à l'aquarelle ou au crayon, avant d'être tirés sur du papier sépia, puis rehaussés à l'huile par un artiste complet, à la fois metteur en scène et acteur, décorateur, paysagiste, accessoiriste, photographe et plasticien, maître d'oeuvre d'un univers inédit où le jeu des échelles, les trompe-l'oeil escheriens, la mise en abîme de l'art par lui-même, sont traités jusqu'au vertige avec un humour aussi rare en peinture qu'en photographie Patrick Roegiers Un métaphysicien de l'imaginaire in « Réel en option » Le Château d’eau, Toulouse.

Teun Hocks est né en 1947 à Leiden aux Pays Bas. Depuis 1977, Hocks réalise des films en super 8, des vidéos, monte des pièces de théâtre, des performances et poursuit inéxorablement son travail photographique qu’il imagine à partir de dessins préparatoires. Ses images sont issues d’épreuves succcessives (mise en scène, fabrication des décors, prise de vue, rehausseà l’huile sur tirage sépia).
Depuis 1979, Teun Hocks expose dans de nombreux musées et galeries en Europe, aux Etats-Unis, en Asie.

 

Adresse :

Galerie Patricia Dorfmann
61, rue de la Verrerie. 75004 Paris
M° Hôtel de Ville ou Saint-Paul
18h-21h
T. 01 42 77 55 41
Mail: galeriepatriciadorfmann@noos.fr

 

Internet :

http://www.patriciadorfmann.com/

 
 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire