Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

Edouard Prulhière / Emmanuelle Villard, PLEASUREDOM
Expositions > Arts Plastiques
du 11 Mai au 01 Juillet 2006

© Emmanuelle Villard
 


Emmanuelle Villard,
PLEASUREDOME
Exposition du 10 mai au 1er juillet 2006
Vernissage le mercredi 10 mai de18h30 à 21h00

(…) La peinture d'Emmanuelle Villard est assez "on the road". C'est une peinture hors-champ, mouvante et mouvementée. À tel point que, l'errance, l'artiste en a fait son mode de travail et son esthétique : la peinture ne tient à rien, elle s'égoutte sur la toile, déborde, instable et gluante, elle excède vite les bords du cadre. Culture de l'excès vraiment too much, mais pas très grave non plus. Pas tourmentée ni violentée, la peinture feint juste ici de rater sa cible, comme une midinette fait mine de laisser tomber un truc pour laisser le charme agir. Genre, Oops, i did it again…

Pas question en effet de matiérisme viril, mais pas question non plus de virer béat et de tomber dans le panneau d'une peinture Britney Spears, que d'autres appellerait savoir-faire féminin. Par un effet de surface et de miroir, Emmanuelle Villard projette une image déformée, surconcentrée, de l'industrie du spectacle. Ses toiles ont plus avoir avec le grotesque qu'avec l'expressionisme abstrait. Même leur taille, souvent ramassée, les apparente à des petites caricatures cruelles des univers pailletés et saturés de couleurs. Du coup, il faut plutôt draguer du côté du Camp, cette esthétique du mauvais goût cultivé jusqu'à plus soif par toutes les scènes gay-punk new-yorkaises et londoniennes dans les années 60. À la fois une parodie du spectacle et son hypertrophie, à la fois un raccolage actif et une grande claque bien sonore à la face des modérés de tous poils. (…)

Extrait : Judicaël Lavrador, « Oops, I did it again… », in catalogue Emmanuelle Villard, 2005. Edition galerie de multiples, Paris. Co-édition : Le crédac, Centre d’art d’Ivry et La Criée centre d’art contemporain, Rennes.


Edouard Prulhière
Exposition du 10 mai au 1er juillet 2006
Vernissage le mercredi 10 mai 18h30 à 21h00

La première fois que j'ai vu le travail d'Édouard Prulhière, c'était en reproduction: une bataille, des peintures abstraites, ravagées mais indomptables, dont certaines étaient devenues des sculptures. Puis j'ai vu une exposition. J'ai de nouveau éprouvé cette impression de bataille, avec un sentiment d'accomplissement.
Ses dernières œuvres sont des hybrides, nés de l'accouplement de la peinture et de sculpture; il ne s'agit pourtant ni tout à fait de peintures ni tout à fait de sculptures. Accrochées au mur, les peintures se composent de toiles pliées, fixées sur des châssis trop petits pour elles; elles débordent et ressemblent à des emblèmes héraldiques frustes, sommaires. Les sculptures évoquent des totems qui se dressent, autonomes: ce sont des toiles peintes, pliées, déchirées, fixées sur des supports de bois grands comme des armoires, des réfrigérateurs ou des tréteaux; certaines semblent s'élancer telles des Victoires ailées. (…) (…) Les oeuvres de Prulhière ne sont pas d'orientation classique, comme les peintures de Twombly ou ses sculptures (qui ont l'air d'objets anciens blanchis par le temps); elles ne sont ni aussi "disgracieuses" (ou "ingrates") que celles de West, ni aussi graphiques que celles de Stockholder, ni même aussi imposantes que les voitures broyées qui singent l'héroïsme. Malgré cette parenté, elles sont en fait la progéniture génétique des collages de Schwitters, de l'action painting de Pollock, et des combines de Rauschenberg. Les oeuvres de Prulhière sont brutes, provocantes et imprévisibles. La décision d'abandonner les pinceaux, la planéité des toiles sur châssis, les motifs picturaux, c'est cela qui a engendré son démiurge intime. (…)

Les influences viennent aussi de rapprochements proprement inimaginables. Certains artistes tentent d'échapper aux associations plutôt que d'oeuvrer en leur direction, et Prulhière pourrait être de ceux-là. De nombreux peintres ont abandonné la représentation et cherchent un moyen de représenter un style. Là encore, Prulhière compte peut-être parmi eux. J'imagine qu'il préfère regarder devant lui, vers l'inconnu, plutôt que par-dessus son épaule, vers l'Histoire.(…)

(…) Prulhière met en miettes l'art abstrait, il le déchiquète comme s'il voulait en finir complètement avec lui, en allant de l'école de Paris jusqu'à l'école de New York et Support-Surface. Puis, toujours avec beaucoup de soin, il présente ses humbles hybrides sur le mur. La part physique de la création leur imprime comme une aura. Nous ne voyons pas la bataille, mais nous en voyons le processus, qui englobe l'imposante présence de l'Histoire et la lutte de l'Expérience pour évoluer.(…)

(…) Un critique peut taxer les oeuvres de Prulhière de formalistes. Mais pareil jugement les assujettit, les borne à un préjugé historique auquel il est manifeste qu'elles souhaitent échapper. Elles posent des questions sur les complexités gremlinesques qui sont apparues dans l'art, particulièrement dans le domaine de la peinture. Les gremlins sont des créatures imaginaires qui perturbent les activités humaines ou déclenchent des défaillances techniques dans les avions. La défaillance, l'échec de la peinture à représenter le Zeitgeist (l'esprit du temps) a hanté les critiques dont les catégories logiques sont calquées sur des catégories historiques. La gestualité de ces oeuvres - leurs plis psychotropes, la toile raide et agrafée, les couleurs vives - est l'évidente métaphore d'un processus en action. En fait elles ne ressemblent à rien; elles sont en train d'essayer de devenir quelque chose. Nulle appropriation d'images, nulle combinaison de styles. Et leur installation ne reflète en aucune façon quelque chose d'autre que ce qu'elles sont: des objets physiques luttant dans leur peau et leurs os, tout comme nous qui combattons avec notre identité, soumis aux préjugés de l'Histoire et du pedigree. Prulhière est aussi conscient que quiconque de ce qui gouverne l'époque, son esprit, son logos, les modes d'information qui la caractérisent. Ses oeuvres sont aux prises avec l'évolution de la peinture - sa forme et ses matériaux - et questionnent: comment la peinture peut-elle devenir autre chose? Cette question adhère aux pièces de Prulhière comme une âme en quête que viendrait surprendre une mutation génétique. Leur tension physique, née de la mue et du mélange des surfaces, suscite ce sentiment. Leurs supports ont la dureté, l'inflexibilité d'un fémur. Cependant il se trouve dans ces oeuvres un objet germinal, engendré par une perspective historique moribonde: la pseudo-mort de la Peinture. Quant à leurs formes (boucliers, emblèmes, totems) et à leur identité psychologique (d'hybrides sexuels), elles ont été affectés par un marasme historique qui a cédé la place à un processus de changement - ici une migration du mur au sol. Comme un poisson rêvant de jambes, elles revendiquent une mutation génétique, avec succès semble-t-il.

Extrait de Sélection naturelle texte de Jeff Rian in catalogue Prulhière 2004
Traduit de l'anglais par Daniel Bismuth

 
Adresse :

Galerie Les filles du calvaire

17, rue des Filles-du-calvaire 75003 Paris
tél. : +33 (0)1 42 74 47 05 - fax : +33 (0)1 42 74 47 06
Ouvert du mardi au samedi de 11h à 18h30
Email : paris@fillesducalvaire.com

 
Adresse :

http://www.fillesducalvaire.com/

 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

haut de page
 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire
 
Partenaires : bistrakoo.com, consoland.com, articite.fr, africanloxo.com, artuose.com, articite.net, artketing.net