Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

Exposition Revisitation
Expositions > Arts Plastiques
du 28 juin au 30 septembre 2006

 

Commissaire de l'exposition : Yves Hayat

Le thème de cette exposition nous offre l'occasion, en ce début du XXIe siècle où l'inflation des images atteint un niveau quantitatif jusque là inconnu dans l'histoire, d'un bref retour sur l'examen d'un phénomène original inhérent à la construction de notre modernité artistique. Nous savons en effet que les Temps Modernes des historiens qui voient la Renaissance succéder au Moyen Age, sont eux mêmes inscrits comme mutation de civilisation sous le signe de la revisitation, si l'on comprend ce terme au sens de la triple valeur qu'il revêt comme activité de mémoire, d'appropriation et de relance de l'activité créatrice. Le désir d'un renouvellement de la représentation du monde libéré de l'omniprésence de la référence religieuse médiévale s'est ainsi formé, à partir de l'accès à l'héritage intellectuel et artistique d'une antiquité idéalisée pour donner lieu à l'exploration d' une rationalité à finalité humaniste. Il fallait, sur cette base, que l'art put acquérir une dimension à la fois réflexive et expérimentale et qu'il devint, selon la célèbre définition de Léonard une "cosa mentale" pour qu'apparaisse la figure moderne de l'artiste.
L'autonomie de l'art inventée par les pionniers de la première modernité s'est donc édifiée sur un socle où la conscience historique, du côté de la mémoire, la distance critique, du côté de la raison et la réalité naturelle, du côté de l'observation, forment les principes d'une puissance de représentation ouverte et complexe dont les artistes qui furent leurs successeurs ont été les grands bénéficiaires. L'actuelle liberté qui s'offre à l'art et qui démultiplie parfois jusqu'au vertige les jeux de références, le mixage des matériaux et des codes et la pluralité des attitudes qui constituent le champ expérimental de l'art contemporain, est la conséquence directe de cette avancée initiale. Les artistes de cette exposition proposent, chacun à leur manière, un florilège de solutions formelles dont la diversité même rend compte, sous l'apparente unité du thème qui les réunit, de l'étonnante extension du champ de l'art aujourd'hui.
S'il n'est pas possible dans l'espace restreint de ce texte de rendre compte précisément de chacune des œuvres présentées, nous pouvons néanmoins pointer quelques pistes, à travers elles et les filiations qu'elles évoquent, d'une problématique de la revisitation en art, sachant, en toute modestie, que la complexité d'un tel sujet d'étude ne peut au mieux qu'être effleurée. Il apparaît ainsi d'emblée que malgré la coloration positive du thème illustrée initialement par la dynamique novatrice qu'il a acquise au moment de la Renaissance, la revisitation est une notion plutôt ambivalente. Sa négativité se montre particulièrement au cours de l'histoire quand elle prend la forme d'un "retour à" , d'un recours nostalgique à des solutions esthétiques du passé pour faire pièce, justement, à des avancées expérimentales ressenties comme trop audacieuses au regard d'un ordre idéologique réactionnaire. Nous avons vu cette crispation à l'œuvre dès la fin du XVIIIe siècle avec le néo-classicisme et surtout dans ses avatars tardifs au XXe siècle, au service des régimes autoritaires qui prétendaient fixer l'art dans les canons de modèles imités d'une universalité artistique présentée comme indépassable. Cet aspect commémoratif et autoritaire de la revisitation est aussi sa phase glacée et toujours potentiellement menaçante quand la légitimation par la mémoire porte condamnation de toute possibilité d'ouverture artistique.
Mais ce pouvoir négatif de la revisitation s'est joué aussi dans un registre moins sombre, particulièrement au XXe siècle, quand il s'est agi d'opérer les transitions critiques ou de marquer des changements de paradigmes stylistiques par rapport à la dynamique imprimée par l'idéologie impérieuse des avant-gardes. L'exemple frappant de la résurgence, au début des années quatre vingt, d'une peinture figurative à connotation historiciste ou expressionniste est apparu en ce sens comme un désir de contredire l'autorité iconoclaste de l'art conceptuel et l'austérité esthétique de l'abstraction minimaliste. Le spontanéisme quelquefois régressif mais souvent savoureux proposé par les jeunes peintres de la Transavangarde italienne, des Nouveaux Fauves allemands et de la Figuration libre française en témoigne abondamment.
Cependant la version la plus caustique de la négativité inhérente à la notion de revisitation apparaît avec éclat dans la filiation historique qui relie le dadaïsme du début du XXe siècle au mouvement Fluxus et au Nouveau réalisme des années soixante. A cet égard, les détournements célèbres de Marcel Duchamp, tant du côté des objets que celui des images, du "porte bouteille" en sculpture à la "Joconde" à moustaches, ont fait entrer en force le monde trivial des "ready-made" dans le cercle magique de l'art, la joyeuse férocité de cette effraction visant à briser du même coup les poncifs esthétiques du dogme académique et les critères du bon goût bourgeois qui leur étaient consubstantiels.
Les principes de liberté et d'humour corrosif légués en héritage par les gestes critiques des premiers dadaïstes donnent lieu aujourd'hui à toutes sortes de déclinaisons inventives dont la plupart des œuvres de cette exposition portent le témoignage. Cette filiation directe est éclatante dans les hommages rendus à Man Ray et à Duchamp par les deux artistes ayant appartenu à la mouvance Fluxus : Ben et Serge III. Elle est présente également dans une version plus historiciste et déconstructionniste chez les Nouveaux Réalistes Arman et Sosno.
Chez presque tous la citation est l'embrayeur sémantique de l'œuvre qui met en mouvement tout un jeu de décalages stylistiques, d'allusions prestigieuses, d'enchâssement de significations, d'évocation à tiroir... Cet esprit de citation se déploie ainsi, du proche au plus lointain, de la littéralité de Pignon d'après Caravage aux évocations par association poétique de l'absolu pictural de l'oreille coupée de Van Gogh par Nalbandian ; mais aussi des mises en abyme de Dürer par Hayat ou de Velasquez via Bacon par Palhavi aux jeux cryptés de Lemesle et Roubaud sur l'histoire de la peinture, de l'autodérision narcissique de Moya à l'ironie de Bataillard, des reconstitutions hypothétiques de Ruy Blas aux analogies dérisoires de Mogarra, de l'humour régressif de Nakache aux évocations cinématographiques de Rebuffa, des clins d'oeil d'Avril aux figures mystérieuses de Paula Royd, de la fausse virtuosité d'Obrecht à la fausse naïveté d'Eusebi, de l'austérité feinte de Collin Thiebaud au clinquant improbable d'Hirshhorn.
Chacun à sa façon met en perspective l'étonnante richesse des évocations biaisées, des dérivations, des écarts où se joue la cannibalisation des références, la digestion des chefs d'œuvres pour donner lieu à des propositions nouvelles ambiguës souvent comme les jeux d'esprit dont elles sont les produits. En ce sens la revisitation est bien une reprise où se réinvente une puissance de représentation neuve à partir d'un fonds mémorial infiniment offert aux élaborations mentales de l'imagination des artistes. En exergue d'un livre récent intitulé "La Reprise", Robbe Grillet cite Kierkegaard, cet exergue pourrait servir de conclusion à un texte sur la revisitation en art : "Reprise et ressouvenir sont un même mouvement mais dans des directions opposées : car ce dont on a ressouvenir, cela a été : il s'agit donc d'une répétition tournée vers l'arrière ; alors que la reprise proprement dite serait un ressouvenir tourné vers l'avant".

Jean-Marc REOL Mai 06

 
Adresse :

Galerie municipale Sainte-Réparate 4, rue Sainte-Réparate Nice Tel 04 93 91 92 93 ou Yves Hayat 06 61 56 17 89 - e-mail : yveshayat@free.fr, web : www.hayat-art.com

 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire
 
Partenaires : bistrakoo.com, consoland.com, articite.fr, africanloxo.com, artuose.com, articite.net, artketing.net