Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

Mac Adams 07-70
Expositions > Arts plastiques
du 21 avril au 26 mai 2007

 

Mens Rea
Intention Criminelle
É tat d’esprit indiquant la culpabilité requis par statut comme élément d’un crime. Searching for Lola Ramona, la nouvelle installation de Mac Adams se présente comme la reconstitution d’un garage clandestin plongé dans la pénombre. Dans cette atmosphère un peu louche mêlant éléments de mécanique et photographies obsessionnelles, une radio diffuse l’histoire d’une jeune femme à plusieurs voix inspirée par une photographie de l’artiste, à l’origine de son dernier livre Mens Rea (Editions de l’oeil, Paris, 2006). Les codes du film noir et du roman policier sontà nouveau convoqués dans cette installation qui place le visiteur dans la peau d’un détective à la recherche d’indices sur une scène de crime. En parallèle, des photographies inédites de la série des Mysteries sont présentées dans la galerie. L’exposition 07-70 s’articule donc en deux moments et deux espaces distincts : du regard distancé du visiteur sur les photographies des années 1970 à son implication physique dans une installation inédite.
Dès 1968, Mac Adams travaille sur la notion de « photographie narrative». La première série, intitulée Mysteries, raconte des histoires de crimes. A cette époque, l’art conceptuel se définit et se construit avec des éléments extérieurs à l’oeuvre: preuves, certificats, informations complémentaires... En réaction à cette tendance, Mac Adams introduit la notion de fiction dans ses photographies. Il s’inscrit ainsi dans le courant conceptuel et y répond de façon différente: dans la narration, tout se trouve à l’intérieur de l’image, toutes les informations sont immédiatement accessibles.Traiter le crime est aussi une façon de comprendre les comportements humains à travers leurs excès.
Au départ, Mac Adams réalise des «environnements», de véritables mises en scène tridimensionnelles témoignant d’une action souvent violente qui aurait eu lieu à un moment donné.Très vite, ses installations deviennent des photographies composées de manière extrêmement rigoureuse.
Il utilise le procédé cinématographique et pictural: l’oeil est dirigé; il réalise de véritables synopsis afin d’intégrer un maximum d’informations dans la même image. Mac Adams rassemble des «acteurs» et un décor qu’il met en scène au moment de la prise de vue. Il utilise le diptyque ou l’effet de miroir brisé afin de faire ressortir la notion de temps: avant et après. Les indices sont visibles et l’histoire se reconstitue.
Cependant, c’est moins la lecture linéaire d’une enquête policière qui intéresse Mac Adams qu’une histoire ouverte générant différentes interprétations. Il part toujours de quelque chose qu’il invente et qu’il réalise autrement que sur la surface du papier.
L’histoire existe avant d’être retranscrite. Il n’y a ni trucage ni retouche. C’est au moment de la prise de vue qu’une réalité en décline une autre et c’est la photographie qui restitue l’unité de la narration. En cela, il est proche de l’artiste peignant d’apès nature et non d’après un document: : il est lui-même le témoin de la scène. Le regardeur fait l’oeuvre et les indices peuvent être interprétés de façon contradictoire. L’oeil se perd dans la multiplicité d’éléments qui se répondent et se disjoignent en même temps. Il rend le témoin occulaire intime avec la scène, le regardeur devient voyeur et témoin à la fois, spectateur et acteur.
Mac Adams dénonce le pouvoir de l’image et les manipulations possibles du «faiseur d’image». Il met en évidence la façon dont le sens est altéré et controlé. Ce qui parraîté vident dans la représentation d’une certaine réalité n’est jamais la réalité ellemême. Toute son oeuvre est un jeu à la fois ludique et lucide avec cette notion ambigüe de réalité. Mac Adams parle de cet espace, difficilement cernable, qui se trouve entre ce que l’on voit et ce qui existe rééllement. Ses pièces sont une sorte de « narration suspendue » dans laquelle le spectateur a la première place dans la construction de «l’histoire».

 

Adresse :

gb agency
20 rue louise weiss 75013 paris
tel + 33 1 53 79 07 13/ fax + 33 1 53 79 07 14/ email gbagency@club-internet.fr

 

Site internet :

http://www.gbagency.fr

 
 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2008 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire
 
Partenaires : bistrakoo.com, consoland.com, articite.fr, africanloxo.com, artuose.com, articite.net, artketing.net