Tous les musées, galeries et centres d'art, écoles d'art, foires et salons, prix et concours, résidences d'artistes...Toute l'actualité des arts : expositions et manifestations - forum...Et plus de 16 000 artistes à découvrir, peintres, sculpteurs, photographes de tous pays dans le répertoire mondial...


   
LETTRE D'INFORMATION ARTICITE.COM
Inscription gratuite
>>> Art Contemporain (Sélection) >> Expositions
retour agenda
 

L'Attraction de l'espace
Expositions > Arts plastiques
du 14 septembre au 10 janvier 2010

La Lune, le 4 mars 1865, photographiée par Lewis M. Rutherford. © DR
 

Une grande exposition qui présente des productions artistiques contemporaines, des objets de design, des films, de la musique et des ouvrages inspirés par la conquête spatiale. Ces créations seront mises en parallèle avec des éléments scientifiques tels que des photographies d'astronomie et d'astrophysique des XIXe et XXe siècle, des maquettes ou encore des objets.


L’attraction de l’espace rassemble les œuvres et travaux d’artistes, de scientifiques, d’écrivains, de musiciens autour du thème universel de l’espace. A l’occasion de la célébration du 40e anniversaire du premier pas de l’homme sur la Lune et de l’organisation de l’Année mondiale de l’astronomie, cette exposition a pour ambition d’offrir au public un ensemble inédit de témoignages historiques, scientifiques et artistiques des multiples facettes de la grande aventure qu’est la conquête de l’espace depuis le XIXe siècle.

Tout au long du parcours de l’exposition, organisé selon des thématiques, se côtoient des documents et objets scientifiques et historiques (images, textes, dessins) ainsi que des œuvres d’artistes, d’architectes et de designers. Avec quatre décennies de recul, les images et films réalisés lors de la première marche lunaire fascinent encore et ont modifié le regard des hommes sur leur planète. Par delà les émotions suscitées par les découvertes et favorisées par la diffusion des dessins, des photographies, des films, les avancées scientifiques ont eu des retentissements multiples sur le développement de la terre. La quête des autres mondes, depuis des siècles, a permis aux humains de mieux appréhender leur territoire. Les artistes ont parfois paru précéder les scientifiques, ils ont travaillé en connivence avec leurs découvertes ou adopté des méthodologies d’investigations similaires. L’exposition mettra en valeur l’éternelle poursuite d’absolu, les tentatives incessantes afin d’exprimer l’inaccessible qui se manifeste dans les œuvres de certains parmi les plus grands artistes des XXe et XXIe siècles.

Les vers de Charles Baudelaire (Le voyage, Les Fleurs du mal), Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau ! servent de fil conducteur à l’exposition qui débute avec une œuvre récente d’Angela Bulloch, Night Sky qui, comme le calendrier lunaire gallo-romain de Coligny, invitent à l’observation de la voûte céleste.
Le Cabinet d’amateur du XIXe siècle et les premiers témoignages photographiques de Nadar puis des scientifiques Rutherford, Loewy et Puiseux ou encore Paul et Prosper Henry, proposent au visiteur de remonter le temps. L’épais mystère et les hypothèses les plus folles qui ont entouré l’effervescence des débuts de la conquête spatiale, trouvent une magnifique illustration avec l’affaire des canaux de Mars qui a agité les académies des sciences au tournant du siècle, et profondément marqué l’imaginaire des écrivains (La Guerre des mondes) et des artistes.
C’est aussi l’épanouissement des grandes utopies avec les Russes Constantin Tsiolkovski et Kasimir Malevitch qui partagent les mêmes aspirations. Tandis que le public observe le passage des comètes (photographies d’Eugène Atget), les artistes au début du XXe siècle comme les futuristes italiens (mouvement largement documenté par de nombreuses œuvres et publications) et les autres avant-gardes européennes se passionnent aussi pour la question.
A partir des années 1950-1960 et les premiers pas de l’homme sur la Lune, l’espace devient un véritable terrain d’expérimentation artistique avec notamment les œuvres d’Yves Klein, de Paul Van Hoeydonck, ou une référence comme pour l’architecte Jean-Louis Chanéac. Les photographies de la NASA, très largement diffusées, contribuent à faire de l’espace un lieu qui n’est plus uniquement réservé à une élite scientifique et cultivée. Beaucoup d’artistes s’en emparent : Hans Hartung, Robert Rauschenberg, Bernard Rancillac, Alain Jacquet mais aussi Gerhard Richter et Nam June Paik.
Les artistes de l’art conceptuel et du Land Art comme Robert Smithson, adoptent des stratégies d’investigations similaires à celles pratiquées par la NASA. De même James Turell, de formation scientifique, ou Robert Morris réalisent des œuvres tournées vers l’espace, l’infini, les étoiles, dans de grandes étendues désertiques : photos et films deviendront des médiums privilégiés pour en témoigner.
Aujourd’hui, Jane et Louise Wilson ou Basserode réinterprètent cette notion d’infini avec les techniques contemporaines que sont la vidéo et l’installation. Joan Fontcuberta, Mélik Ohanian et Wolfgang Tillmans ont une vision plus distanciée.
Le parcours est par ailleurs émaillé de la présentation d’une sélection d’objets de design avec les créations de Roger Tallon, Pierre Paulin ou Coop Himmelbau. Ponctueront ce parcours, au côté de témoignages scientifiques de l’exploration spatiale (robot Rover martien du CNES), des références du domaine de la bande dessinée, de la littérature classique ou de la science fiction.


Martine Dancer, conservateur du Patrimoine, est commissaire de cette exposition assistée de Jacques Beauffet, conservateur en chef honoraire, Julien Faure-Conorton, doctorant, Jacques Guarinos, Directeur de l’Astronef, Victor Martin-Malburet, collectionneur.
L’exposition a bénéficié du concours scientifique de l’Observatoire de Paris et de son président Daniel Egret, d’André Masson, ancien directeur général d’Angénieux, de Peter Neivert coordinateur au Nasa Planetary Data Center, du CNES et du directeur de l’Observatoire de l’Espace, Gérard Azoulay et de Gérard Conio, professeur émérite.
Le Musée Joseph Déchelette à Roanne présente du 20 septembre 2009 au 28 février 2010, Clair de Lune, un volet plus historique de ce thème avec des œuvres d’artistes fascinés par l’espace de l’antiquité à la fin du XIXe siècle.

 

Adresse :

Musée d'Art Moderne de Saint-Etienne métropole
La Terrasse
BP 80241
42006 Saint-Étienne Cedex 1
Téléphone 04 77 79 52 52
Télécopie 04 77 79 52 50
Courriel mam@agglo-st-etienne.fr

 

Site Internet :

http://www.mam-st-etienne.fr

 
 
 
 
 
 
s
R e c h e r c h e s    D i v e r s e s
s
Recherche d'images Cliquez ici
 
Recherche rapide > Liens : google
Documentations diverses, Images Oeuvres etc...
Google
 
Web articite.com
Recherche rapide > Lithographies, sérigraphies, art... : allposters.fr
Recherche d'un artiste...
Recherche par thèmes !
Recherche rapide > Livres d'art : amazon.fr
Rechercher:
Recherche rapide > Artiste / Prix de ses oeuvres : artprice.com
Ses résultats d'adjudications, ses documentations en images, ses prix actualisés, ses cotes et indices, sa biographie, ses signatures, monogrammes, symboles
 
artprice
s

 
© 2003-2009 Art Entraide France - creation & design : Art Entraide France - Tous droits réservés - Archives Portfolios - Inscription répertoire